Jean-pierre Angei - photographe | Projets | Entre-deux

Ces photographies commencent par ce moment où nous faisons le  choix d’apprendre à notre regard une autre façon d’être.Prises à l’intérieur d’une prison pour hommes, chacune d’entre elles est le portrait d’un homme incarcéré et pourtant rien ne laisse le pressentir. Je les regarde. S’y entremêlent la lumière et l’obscur. Comme si nous caressions les pourtours de ces corps pour n’en laisser apparaître que leur enveloppe douce. Avec tendresse, chaque photographie raconte des êtres qui sont, qui ont été, qui seront, comme s’il avait été question de tenter de peindre le mouvement d’une flèche tirée dans le temps.C’est un peu comme si l’on avait tenté de saisir le trait de lumière qui esquisse sur un mur l’ombre d’un corps, le visage d’un homme.Ce qui est à montrer ce n’est plus celui qui resplendit dans la netteté.Mais les contours, les pourtours charnels d’une présence qui est LA. Une esquisse d’un être dans tout ce qu’il recèle de lumineux. J’aime ces corps, aquarelles de pixels, dont mon regard en invente les visages, en invente les sourires, en invente les yeux qui se ferment pour pleurer et les mains qui se serrent dans les poches pour continuer à tenir. Mes yeux les contemplent et redonnent à chacun la gorge déployée sous le coup du rire. Voilà ces visages que je voudrais donner à la douceur, la simplicité du bonheur. Le bonheur ne se représente pas, il s’évoque dans le moelleux du vaporeux.


Magali Mougel

Jean-pierre-angei-12
Jean-pierre-angei-11
Jean-pierre-angei-10
Jean-pierre-angei-13
Jean-pierre-angei-14
Jean-pierre-angei-17
Jean-pierre-angei-16
Jean-pierre-angei-15
10
09
04
03
02
05
06
08
07
01
  • 1
相簿 RSS RSS Feed | 记录模式显示 | 由zenPHOTO提供